Si vous cliquez sur « Accepter », nous utiliserons des cookies non indispensables d'un point de vue technique (y compris des cookies de tiers) pour vous proposer une offre en ligne davantage orientée utilisateur ainsi qu'un service de meilleure qualité et encore mieux adapté à vos centres d'intérêt. Vous pouvez retirer à tout moment votre consentement en cliquant ici. Attention ! Même si vous ne cliquez pas sur « Accepter », nous utilisons des cookies indispensables d'un point de vue technique.

Afin de tracer votre comportement en tant qu'utilisateur, CLAAS utilise également « Google Analytics ». Google traite vos informations sur l'utilisation du site pour fournir à CLAAS des statistiques anonymes sur le comportement des utilisateurs. Google exploite également vos informations à de multiples fins propres (pour la définition de profils, par exemple) et croise vos informations avec des données d'autres sources. Google enregistre vos informations potentiellement hors de l'Union européenne, notamment aux États-Unis via la société Google LLC. Google, mais aussi certaines administrations, ont accès auxdites informations.  

Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.

Accepter

Le noueur CLAAS

Le tout premier brevet.

Le noueur légendaire obtient en 1921 le numéro de brevet 372140, le tout premier brevet de la société Gebr. CLAAS. Mais un noueur, c'est quoi au juste ?

Le noueur CLAAS

Le tout premier brevet.

Le noueur légendaire obtient en 1921 le numéro de brevet 372140, le tout premier brevet de la société Gebr. CLAAS. Mais un noueur, c'est quoi au juste ?

Le noueur CLAAS. La perfection pour moteur.

Le noueur – c'est quoi au juste ?

Le principe de la machine à coudre est peut-être à l'origine de l'invention du noueur, l'appareil à nouer des gerbes de paille. Sur la machine à coudre, l'aiguille pique dans l'étoffe et fait très rapidement de petites boucles dans le tissu qui défile. Le noueur de la lieuse enroule également, à l'aide d'une aiguille et d'un bec noueur, la ficelle autour de la gerbe de paille, puis la tend fermement.

Cela fonctionne bien aussi longtemps que la ficelle est d'une épaisseur homogène. Dans le cas contraire, la ficelle casse et la gerbe se défait. Dès la fin du XIXe siècle, la société américaine McCormick met sur le marché une machine qui fonctionne assez bien. Mais les lieuses de paille ne donnent pas toujours satisfaction sur le continent et les dysfonctionnements sont fréquents. August Claas met au point un bec noueur avec une lèvre partiellement mobile. Cette solution permet de travailler avec des ficelles de toutes natures et épaisseurs avec une fiabilité pratiquement absolue.

En cette période de restrictions – la fin de la Première Guerre mondiale est encore récente –, la qualité des ficelles laisse justement à désirer, ce qui permet au noueur CLAAS de s'imposer rapidement dans l'agriculture.

Le noueur obtient en 1921 le numéro de brevet 372140, le tout premier brevet de la société Gebr. CLAAS. Le légendaire bec noueur et sa lèvre supérieure à mouvement limité sont brevetés en 1923 sous le n° 414212. Sur le principe, la fonction du noueur n'a guère évolué jusqu'à nos jours. Dans les presses à paille du monde entier, les balles sont aujourd'hui encore maintenues avec de la ficelle. La précieuse matière première renouvelable qu'est la paille conserve ainsi sa structure et toute sa qualité.

La qualité nécessite beaucoup de travail à la main et de précision. Sur cette photo de 1962, Georg Szyszka contrôle le noueur des presses à paille.